Comment je suis devenue une NPA…

Tout d’abord, pour ceux/celles qui ne me connaîtraient pas, je me présente rapidement : Nelly, 21 ans (presque 22), jeune maman et blogueuse nail-art. Je viens tout juste d’intégrer la Team Génération Blogueuses, j’en suis toute émoustillée !

Un aperçu de ma EPthèque pour le coup !

Un aperçu de ma EPthèque pour le coup !

Commençons par le commencement. Avant d’être blogueuse nail-art, et bien, j’étais juste moi. Et je n’étais même pas ce que l’on appelle une NPA (nailpolish addict pour les intimes). J’étais une rongeuse d’ongles, ou onychophage pour les intimes (j’aime ce nom barbare qui désigne le fait de se ronger les ongles…). Autant vous dire qu’il y a trois ans en arrière, la beauté de mes mains était le cadet de mes soucis. Crème, gommage, lime à ongles ne faisaient pas parti de mon vocabulaire (et encore moins dotting-tool, stripping-tape et autres water-decals, one stroke qui sortent de la bouche d’une NPA).

À l’époque, je ne possédais qu’une petite dizaine de vernis à ongles, principalement du noir, du bleu et du rouge ; le jaune pour moi représentant le summum du mauvais goût. Par fainéantise, je laissais mon vernis s’écailler et adoptait ainsi la manucure tellement soignée et tellement sexy de la feignasse qui n’a pas envie de bouger ses fesses pour prendre du coton et du dissolvant. Puis j’ai découvert le blog de Tenshi No Hana et devant tant de beauté ongulaire, j’ai eu un déclic. Moi aussi, je voulais avoir des ongles longs, soignés et devenir une bombasse de la cuticule (alors que les miennes – de cuticules- étaient alors en friche). J’ai d’abord arrêté de ronger mes ongles en me forçant à mettre du vernis et à en changer dès que je commençais à me lasser de la couleur. Autant vous dire qu’avec ma petite dizaine de vernis, j’ai eu vite fait le tour de mes possibilités et j’ai commencé à acheter plus de vernis, toujours plus de vernis. Et puis pas seulement des simples crèmes que l’on trouve un peu partout ; je me suis intéressée à toutes les textures, paillettes, holographiques… Et les marques indépendantes dites indies sont à la fois une mine d’or et assurent la ruine de mon compte en banque (et du compte de toute bonne NPA je crois).

Puis j’ai découvert Pshiiit et j’ai eu envie de me mettre au nail-art. Et là, ça a vraiment été le début de la fin. Parce que non seulement, j’ai continué d’acheter des vernis, mais j’ai aussi commencé à acheter stripping-tape, dotting-tool, plaques de stamping, water-decals, pinceaux et j’ai créé mon blog. En devenant blogueuse, j’ai franchi la frontière entre la santé de mon compte en banque et la mort de ce même compte en banque. Parce qu’on a toujours envie de montrer à ses lectrices (et ses lecteurs ?) de la nouveauté, mais aussi parce qu’on est passionnée et que l’on découvre sans cesse de nouvelles textures, de nouveaux effets et que finalement, on en a jamais assez.

Dans mon entourage, j’ai la chance d’avoir un homme parfait (et malheureusement, toute NPA n’a pas cette chance), qui même s’il n’est pas collectionneur, comprends tout à fait ma passion et l’accepte. Parce que oui, être une NPA, c’est être une passionnée. Une passionnée du vernis, c’est sûr, mais surtout une passionnée de la couleur, des textures et de la création. Je pense que c’est difficile pour les gens d’admettre qu’une nana qui prend soin de ses mains et de ses ongles, qui dépensent son argent en vernis, n’est pas une totale écervelée superficielle (et je ne pense pas être écervelée ou superficielle – ou alors on me laisse penser que je ne le suis pas). Comme toute chose, les mentalités mettront du temps à changer, ou ne changeront peut-être pas (je sais, ce n’est pas très optimiste) mais comme on dit « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! ».

 

Merci de m’avoir lue et à très vite,

Nelly.

Publicités

13 réflexions sur “Comment je suis devenue une NPA…

    • Pareil pour moi! Je me retrouve vraiment dans ton article au détail près que je ne me suis jamais rongée les ongles, je les coupais toujours très court mais rien de plus 🙂

      • Aaaaah, tu n’étais pas une rongeuse d’ongles ! ça t’épargnes bien des soucis aujourd’hui crois-moi^^

  1. bonsoir,
    sympa ton article. Je résiste pour ne pas franchir le cap entre santé et mort de ma carte bleue donc je reste avec ma quinzaine de vernis (sniff) car je me dis que si j’en rachète d’autres je vais tomber dans la marmite « paillettes , beauté, r^ve »… non je vais résister … mais jusqu’à quand ???. Allez on va attendre d’acheter les cadeaux de noël pour mes 2 choupinoux, leur papa, mes parents et ma soeurette et ensuite parler gentiment à ma carte bleue.
    En tout cas merci pour ton blog qui permet de faire rêver.
    Bon week-end

    • Ma carte bleue est en train de mourir à petit feu, mais je reste raisonnable 🙂 les cadeaux de Noël de mes proches passent avant les vernis !

  2. Super article!
    Alors toi aussi c’est Pshiiit et Tenshi no Hana qui t’ont fait découvrir ce monde merveilleux? Les vilaines tentatrices!
    C’est atroce de voir l’argent partir aussi vite que les vernis rentre… Enfin c’est surtout atroce pour ma banquière! Et tout mes cadeaux y passe, noël anniversaire et meme le petit cadeau qu’on attendait pas (ils commencent à comprendre).
    Petit regret de cette année? Ne pas avoir put acheter le calendrier de l’avent Alessandro 😦
    Vive les NPA! 😉
    Bises

  3. Je suis pas une NPA *virilité oblige* et je me suis retrouvé ici par pur hasard, mais c’est agréable de voir une communauté pareille. Expliquez moi un peu le concept: vous vous peignez les ongles pour en parler ensuite c’est çà? Moi je me ronge les ongles jusqu’au sang presque, et je voudrais bien 1. Arrêter 2. Les avoirs trop beaux comme le désire le métrosexuel très très très refoulé qui sommeille en moi. Des conseils?

    PS: Ne me jugez pas.

    • Bonjour ! C’est agréable de voir un homme passer par ici 🙂

      En raccourci, c’est ça : nous nous peignons les ongles, parfois nous ajoutons des décos techniquement plus ou moins difficiles (tapez nail art dans google images, vous aurez un aperçu du meilleur comme du pire) et nous les prenons en photos pour nous les montrer et éhager au sujet des vernis/peintures/techniques utilisées.

      En ce qui concerne l’onychophagie, chacun aura son truc pour réussir à arrêter, ça peut prendre du temps, il peut y avoir des rechutes. Prendre soin de ses ongles peut être une bonne idée : de l’huile d’olive ou de ricin ou de coco en massage sur tout l’ongle favorise la pousse et la santé de l’ongle (à faire au moins une fois par semaine, devant un film ou une série ou un match de foot, c’est parfait) ; crémage de mains tous les soirs au coucher ; il existe des vernis amers pour aider à arrêter de se ronger les ongles mais il faudra en remettre tous les jours pour que le goût reste bien méchant, sinon on risque de s’habituer ; enfin il y a des bases pour protéger les ongles qui permettent de lisser de manière optique les défauts de l’ongle tout en donnant l’impression d’un ongle naturel ce qui conviendrait parfaitement au métrosexuel très très très refoulé qui a l’air de vouloir se réveiller ;-). Sincèrement, en tant que femme, j’apprécie de voir des mains d’homme soignées et les ongles en font partie.

      • Devant mon écran: cool, merci.
        Dans ma tête: « Yéyé! je viens de trouver la solution pour mes ongles! Donc c’est pour çà que je ne mariais pas depuis!!! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s