Le henné : mon nouveau moyen de me colorer les cheveux

En réalité, il n’est pas si nouveau que ça. Cela fait depuis juin 2014 que je colore mes cheveux au henné, bon c’est sûr que c’est un temps assez court (environ cinq mois pour celles qui auront la flemme de calculer), mais j’ai déjà perçu des résultats plus que bénéfiques pour mes cheveux !

Le henné (ou Lawsonia Inermis de son nom scientifique) est un arbuste épineux de la famille des Lythracées. En écrasant ses feuilles, on obtient des poudres qui donnent des teintes jaunes, cuivrées et rouges. Photo de Wikipédia

Le henné (ou Lawsonia Inermis de son nom scientifique) est un arbuste épineux de la famille des Lythracées. En écrasant ses feuilles, on obtient des poudres qui donnent des teintes jaunes, cuivrées et rouges. Photo de Wikipédia

Depuis mes quinze ans à peu près, je me colorais les cheveux avec des colorations chimiques permanentes. D’abord en noir pendant un an et demi, puis j’ai fais une pause de quelques semaines pour laisser dégorger un minimum. Puis je suis passée au roux. Au début, c’était assez bizarre étant donné que le noir était loin d’avoir fini de dégorger. Mais là n’est pas la question !

Mon premier henné : Egypte, photo à la lumière naturelle, juin 2014

Mon premier henné : Egypte, photo à la lumière naturelle, juin 2014

Après plus de six ans de colorations chimiques où j’en ai fais voir de toutes les couleurs à mes cheveux (et ce dans tous les sens du terme), je me suis retrouvée avec des fourches, des cheveux plats, ternes, très franchement abîmés et très franchement moches. Et encore, ma grossesse m’a bien dissimulé le pot aux roses puisque pendant cette période, mes cheveux étaient sublaïmes ma chérie ! (ok je sors) dans le genre brillant, volumineux, faciles à coiffer… À ce moment-là, je ne me suis pas gênée pour leur en mettre plein la tête, à coup de colorations chimiques maison tous les deux mois pour garder mon roux-rouge que j’aimais tant et qui finissait toujours (à ma plus grande déception) par dégorger en cuivré dégueulasse. Quand je me suis mise en plus à perdre quantité de cheveux, c’en était assez ! J’ai alors commencé à me renseigner auprès d’une très gentille blogueuse, Skulls & Polish qui utilise du henné depuis des années et qui m’a alors conseillé d’attendre quelques semaines que la couleur dégorge pour commencer le henné. J’ai attendu un moment puisque c’était en février 2014 et j’ai posé mon premier henné en juin comme vous le savez.

Je vous avoue que j’ai eu un peu peur de me lancer car sachez une chose : le henné est une solution assez irréversible. Il y a pleins de bonnes raisons d’utiliser le henné pour ses cheveux car se posant en couche par dessus le cheveu, il a un effet gainant sur celui et le protège ainsi des agressions extérieures. Il rend ainsi les cheveux plus beaux, plus brillants, plus doux… Il a presque tout bon. Mais comme je le disais, soyez sûre  de ce que vous faites, car si vous voulez recommencer à vous teindre les cheveux avec diverses colorations chimiques, autant vous dire qu’avec la superposition des couches, celles-ci ne prendront plus. Il existe une légende disant que l’on ne peut pas commencer le henné tant que nos cheveux sont colorés : cette légende est fausse. Ou du moins pas totalement. Avec un henné pur, sans additifs de type sels métalliques, il n’y a aucun risque de se retrouver avec des cheveux verts ou de perdre des touffes entières ! Ce sont les sels métalliques qui réagissent avec la coloration chimique. Si vous prenez un henné pur, vous ne rencontrerez aucun soucis (à part celui que j’ai pu rencontrer, mais je vous en parle plus bas).

*

Mes premiers essais avec le henné du Rajasthan

Mes premiers essais avec le henné du Rajasthan, photo prise à la lumière naturelle : effet tie-and-dye bizarre en action, début août 2014 (entre temps, coupe de 6cm de cheveux début juillet 2014)

Toujours henné du Rajasthan, 7ème henné, fin septembre 2014

Toujours henné du Rajasthan, 7ème henné, fin septembre 2014

Il existe différentes sortes et provenances de henné qui changeront l’effet colorant. Un henné neutre ne colore pas, sauf s’il est posé vraiment très longtemps ou avec des poudres naturelles colorantes. Pour des tons roux-cuivrés, vous pourrez vous tourner vers un henné du Yemen par exemple, ou vers un Egypte, et pour des tons plutôt rouges, vers un henné du Rajasthan. Il existe également un henné dit « blond » qui ne vous rendra pas blonde si vous êtes brune (on ne peut pas éclaircir ses cheveux avec du henné, ou alors d’un demi-ton), mais qui sublimera votre blond de jolis reflets dorés. Je vous parlais aussi de poudres colorantes, il en existe des tas ! Pour des reflets dorés, vous aurez la camomille, et pour amplifier les reflets cuivrés-rouges voir violines, il existe un tas de poudre comme le Paprika, l’Orcanette, le Bois de Santal ou de Campêche (qui ont sensiblement le même effet), ou encore la Garance… Toutes ces poudres sont naturelles car il s’agit avant tout de plantes ! Pour ma part, je teste toujours différents hennés, différentes poudres, à la recherche de ce qui me conviendra le mieux. Par exemple, mon dernier henné (fait hier dans l’après-midi) était un mélange de henné blond et de henné du Yemen (je voulais voir si je pouvais éclaircir d’un demi-ton mon roux foncé), infusé à l’hibiscus et à l’ortie (qui a des propriétés purifiantes), j’ai ajouté un peu de poudre de paprika, un yaourt (pour ses vertus nourrissantes et éviter ainsi que le henné n’assèche mes cheveux), du jus de citron et un peu d’huile essentielle d’orange bio (à la fois pour l’odeur et pour sa richesse en limonène qui permet ainsi de réguler la production de sébum). J’ai laissé poser le tout sous cellophane et serviette pendant 4/5h, je ne sais plus exactement puis j’ai rincé avec le reste de mon infusion d’hibiscus et d’ortie et à l’eau tiède. Une fois secs, mes cheveux étaient doux, brillants, volumineux, comme à chaque henné et je n’ai pas encore fais de shampoing mes racines étant très loin d’être grasses ! De plus, j’ai réussi à éclaircir légèrement ma couleur en obtenant des reflets dorés !

Résultats du dernier henné : blond et Yemen, 12ème henné, photo avec flash (bah oui, il n'y a plus de soleil...)

Résultats du dernier henné : blond et Yemen, 12ème henné, photo avec flash (bah oui, il n’y a plus de soleil…)

Par contre, la couleur obtenue juste après la pose d’un henné ne restera pas la même à moins que vous ne shampouiniez directement en rinçant (et je vous assure qu’un shampoing juste après le henné ne le fait pas partir, c’est un mythe !). En effet, dans les heures/jours qui suivent, le henné va s’oxyder au contact de l’air et ainsi modifier la couleur, notamment en la fonçant. Plus vous restez longtemps après un henné sans laver vos cheveux, plus le résultat sera foncé.

J’ai rencontré un problème aussi depuis que j’utilise le henné. Ayant les cheveux colorés chimiquement à la base, j’ai laissé dégorger au maximum, mais au bout d’un moment, mes racines et mes cheveux blancs devenant trop visibles, j’ai choisi de me lancer dans le henné. Au début, ce problème n’était pas trop visible, mais plus mes cheveux ont poussé et plus cela s’est vu : le henné se posant en couches par dessus le cheveu, mes pointes étant plus claires que mes racines, je me suis retrouvée avec un effet tie-and-dye pendant quelques temps. Pointes rouges pétantes et racines très foncées. Les deux derniers hennés ont plus harmonisés ma couleur et même si mes pointes restent plus claires que les racines, l’effet dégradé est moins visible et même ma frange a bien pris le dernier henné !

Pour celles qui hésitent à se lancer, n’hésitez plus, le henné a changé la qualité de mes cheveux (et uniquement en bien !), je suis passée d’un shampoing tous les deux jours à deux shampoings par semaine (tous les 3/4 jours en moyenne). J’ai viré les cochonneries contenant du paraben, des silicones et ne me cantonne désormais plus qu’au bio. Je teste différentes marques pour voir celles qui me conviennent le mieux (actuellement, je suis sur du Lavera et Born to Bio, mais je vais bientôt me pencher sur d’autres marques telles que Desert Essence ou Cosmo Naturel). Mais mon but ultime, c’est de fabriquer mon propre shampoing à partir d’une base lavante qui correspondra spécifiquement aux besoins de mes cheveux à tendance grasse.

Envie de vous lancer ? Vous trouverez du henné dans tous les magasins bio et sur Internet, notamment chez Aroma Zone et chez Hennés et Soins d’Ailleurs (je vous conseille cette boutique, les produits sont de qualité et la gérante, Audrey, est absolument géniale, toujours prête à vous conseiller !). Pour plus d’informations, je vous conseille le blog de Mini qui est vraiment très intéressant et qui répondra à toutes vos questions potentielles sur cette plante magique qu’est le henné !

Pleins de bisous,

 

Nelly.

 

Publicités

2 réflexions sur “Le henné : mon nouveau moyen de me colorer les cheveux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s